Nos premiers jours au Portugal

29 septembre. Un mois déjà que nous avons quitté Bordeaux pour vivre au Portugal ! Ce départ, nous l’avons décidé ensemble, il y a à peine cinq mois, quelques semaines après un entretien d’embauche. Vivre au Portugal, j’y songeais lorsque j’étais ado, puis cela est devenu un concept assez lointain. Je n’y pensais plus du tout quand l’opportunité s’est présentée. Je vous ai écrit cet article non pas pour faire un vrai bilan (c’est trop tôt) mais pour vous raconter nos premières semaines en Algarve.

Nous avons posé nos valises et nos cartons au Portugal jeudi 29 août au soir, après seulement 1h30 de vol. Avant le départ, il a fallu se défaire de nos meubles et de notre voiture car nous ne voulions pas être assommés par le coût d’un déménagement complet entre Bordeaux et Loulé, notre point de chute. Je le précise car notre départ ne fait pas suite à une mutation. Deux jours plus tard, le transporteur nous livrait au Portugal les meubles, vêtements et jeux d’enfants dont nous ne voulions pas nous séparer (un volume d’environ 6 m3).

loulé algarve

Loulé, notre nouvelle ville

Loulé est une ville de moins de 35 000 habitants, située à une vingtaine de minutes au nord-ouest de Faro. Notre nouvelle ville est donc facile d’accès. C’est aussi une ville dynamique, commerçante et riche en raison de la présence de gros pôles touristiques comme Vilamoura et Quarteira. Bien qu’elle soit recherchée chaque samedi pour les excellents produits vendus dans son marché couvert, Loulé n’en demeure pas moins une ville à l’écart des routes touristiques. J’y croise chaque jour des Français, touriste ou nouveaux habitants. Nous louons un appartement en plein centre-ville, ce qui me permet de me rendre à pied au travail. Un luxe, j’en suis bien consciente ! A moyen terme, nous aimerions trouver notre propre petit nid aux environs de Loulé. Affaire à suivre…

Le temps de l’adaptation

Notre fils, âgé d’à peine deux ans et demi, est inscrit dans une petite crèche privée avec un beau jardin, à 10 minutes en voiture de la maison. Nous avions visité l’établissement au mois de juillet et étions tombés sous le charme de sa directrice, sympa et passionnée par son métier. Les premiers jours sont un peu éprouvants pour Noé pour deux raisons : il découvre un environnement inconnu, et doit évoluer au contact d’autres enfants qui ne parlent pas la même langue que lui. Un peu stressant pour nous aussi, même si nous sentons qu’il est bien dans cette crèche. Notre fils comprend très bien le portugais mais ne parle pour l’instant qu’une seule langue, le français. En revanche, depuis quinze jours environ, il remplace certains mots par des mots en portugais dans ses phrases. Bientôt bilingue, notre petit champion ? Et Comme je l’écrivais dans mon précédent article, mon mari va reprendre des cours de portugais à partir de la semaine prochaine. Objectif : acquérir un niveau professionnel, voire plus si affinité. Il stresse un peu mais il a hâte !

Côté formalités, on peut dire qu’on a été initiés aux joies de l’administration (un peu les mêmes qu’en France, je dois dire). Mon fils et moi avons la double nationalité, française et portugaise, ce qui facilite grandement nos démarches ici. Le fait de maîtriser la langue aussi. Manque de chance, notre arrivée tombe en pleine grève des fonctionnaires de l’état civil ! Il nous est arrivé de faire la queue plus de 3 heures pour faire un changement d’adresse et un simple retrait de pièce d’identité (cartão de cidadão)… Ouvrir un compte bancaire pour obtenir la carte Multibanco pour pouvoir payer à peu près partout n’a pas été un jeu d’enfant non plus car, ici, tout repose sur la fameuse carte d’identité. A cœur vaillant, rien d’impossible, pas vrai ? De son côté, mon mari se renseigne pour obtenir le statut de résident dans les mois qui viennent. A suivre, la première consultation chez un médecin traitant. Piston recommandé !

château loulé algarve

Château de Loulé © Ombria Resort

Mon job

J’ai décroché un CDI dans une chouette entreprise portugaise dont je partage les valeurs. Mon employeur est un promoteur immobilier portugais qui s’est accroché à son rêve une vingtaine d’années en arrière : construire un grand complexe résidentiel éco-responsable de luxe dans l’arrière-pays de l’Algarve, à 7 km au nord de Loulé précisément. Dans quelques semaines, la construction de la première phase du projet va officiellement démarrer. La mission que j’ai acceptée : assurer sa promotion dans les médias internationaux, sur des événements divers au Portugal et à l’étranger, et apporter ma pierre à l’édifice. L’ambiance de travail est agréable ; mes collègues ont facilité mon intégration. Mon bureau (provisoire) est en open space dans un bureau des ventes lumineux. Autour de moi, cela parle portugais, anglais, néerlandais et français la plupart du temps car les clients et curieux que nous recevons viennent d’un peu partout.

Au-delà du changement géographique, je premier changement ici a été pour moi de tirer un trait sur l’auto-entrepreneuriat dans lequel je m’étais lancée au printemps 2018. Constat : je perds un peu de liberté car ma journée de travail est entièrement « contrôlée » par un employeur unique à qui je dois des comptes. En revanche, je m’estime chanceuse car j’ai un responsable compréhensif et bien conscient de ce qu’un déménagement comme le nôtre implique, notamment sur le plan administratif. Et, sauf urgence, ma journée de travail se termine à 18h sans nécessité de travailler le soir depuis la maison. Je vais en profiter pour pratiquer une activité sportive de manière régulière et cuisiner un peu plus.

plages algarve

Douceur de vivre

A Bordeaux, nous n’avions pas ni marché ni commerces de quartier de qualité au pied de la maison. Alors, à Loulé, le pied pour moi, c’est de faire le marché chaque samedi matin avec mon fils ! Nous y allons à pied avant 10h (l’heure d’arrivée des cars de tourisme). A cette heure-là, le centre-ville est déjà bien animé. Le marché aux poissons (dans la halle) et le marché des producteurs en extérieur sont vraiment un must. Chaque semaine, on y fait le plein de poissons et crustacés, et de bons fruits et de légumes frais. Dans les ruelles du centre historique, il y a aussi le Mercadinho, un marché qui met à l’honneur des artisans et des petits créateurs locaux.

Autre beau cadeau de notre changement de vie : l’océan à 20 minutes de la maison. Lorsque nous vivions à Bordeaux, nous mettions tout de même 1h (les jours sans bouchon) pour nous rendre au bord d’un lac ou à l’océan. Il y a tant de belles plages et de charmants petits villages à explorer encore. On a hâte !

PS : Désolée pour la piètre qualité des photos. Je les ai toutes prises au smartphone par manque de temps. Promis, je me rattraperai !

Les détracteurs de la destination me trouveront sans doute trop optimiste. Je leur répondrais que chaque parcours est différent et que « chacun voit midi à sa porte ».

Je ne voulais pas être trop longue ici, alors surtout si vous avez des questions sur mon déménagement au Portugal, posez-les moi en commentaire !

Les commentaires

  1. argone dit :

    je suis très contente de lire que votre installation se passe bieb 😊 … et j’ai hâte s’en savoir plus sur ce complexe hôtelier éco responsable !

  2. David P. dit :

    Nous suivrons vos péripéties avec attention depuis Montréal ! Bon courage à ton mari pour les cours de portugais, mais il aura un bon professeur à domicile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.