Le fado sacré par l’Unesco

Chanson des voyous, chant engagé, chanson du régime sous la dictature… le fado perdra-t-il un jour de son mystère ? Quoiqu’il en soit, voici venu le temps de la reconnaissance mondiale pour ce chant traditionnel, né à Lisbonne il y a près de deux siècles, et devenu depuis le symbole du peuple portugais.

Cela fait longtemps que Lisbonne et le Portugal attendait cette consécration… Le fado vient d’être inscrit au Patrimoine culturel  immatériel de l’Humanité par l’Unesco  ! Depuis quelques années, le genre connaît un regain de vitalité sans précédent, grâce aux nouvelles voix : Mísia, Mariza, Katia Guerreiro, Cristina Branco…

Affiche du film de Leitão de Barros

Dans les années 50, la diva disparue, Amália Rodrigues (1920-1999), a exporté ce chant de la saudade aux quatre coins du monde contribuant ainsi à l’imposer comme le symbole de la culture portugaise.

Aujourd’hui, le fado n’est donc plus seulement la chanson de Severa, Alfredo Marceneiro, Amália, Carlos do Carmo, Camané ou Carminho… c’est un trésor que le monde entier devra préserver, pour les générations futures.

Logo de la candidature du fado

Les commentaires

  1. […] marque qui revisite des thèmes propres au Portugal comme, ici, le fado, grâce au talent d’illustrateurs portugais. Cela donne une série de jolies cartes postales […]

  2. […] du Portugal grande comme la Belgique et célèbre pour ses oliviers et chênes-lièges. Après le fado sacré en 2011 par l’Unesco, c’est au tour d’un autre chant traditionnel […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up