Showing: 96 - 100 of 103 RESULTS

48 heures chrono à Lisbonne

Selon les lecteurs des guides de voyage Lonely Planet, Lisbonne est l’une des destinations incontournables de 2012. On parie qu’il est possible de capturer le meilleur de la « ville aux sept collines » en 48h seulement ?

Jour 1

8h // Pour explorer Lisbonne de la meilleure façon qu’il soit, on prend le tram n° 28 à Campo de Ourique (départ). Et c’est parti pour 45 min de secousses ponctuées de vues époustouflantes sur la ville. L’excitation est à son comble lorsque l’engin jaune vif grimpe la colline du quartier de l’Alfama, puis qu’il pile pour laisser passer un couple d’amoureux en goguette. On adore regarder les voyageurs intrépides qui, défiant le tram en marche, s’accrochent aux portes. Une balade idéale pour photographier la Basilique da Estrela, la cathédrale (Sé), le Château de São Jorge et le quartier d’Alfama. NB : se méfier des pickpockets, des habitués du tram 28 !

10h // Le terminus du tram – Martim Moniz – nous pousse littéralement dans les bras de l’Alfama ! L’ancien quartier maure de la capitale regorge de ruelles tortueuses, de becos ou allées escarpées et de charmants belvédères du haut desquels le panorama sur Lisbonne est à chaque fois saisissant. On domine Lisbonne en se promenant le long des remparts et dans les cours bordées de pins du Château de São Jorge. Vue imprenable sur les toitures rougeoyantes de la ville et, au loin, le bleu brillant du Tage. Et pour une vue plongeante sur le centre-ville, on monte au Miradouro da Graça. Le+ : s’il fait grand beau, on prend un verre en terrasse, à l’ombre des pins…

12h30 // Retour à la Lisbonne du XXIème siècle. On déjeune au restaurant Bica do Sapato (Avenida Infante Dom Henrique, M° Santa Apolónia). Au bord du fleuve, on goûtera ici à une très bonne cuisine portugaise et internationale. Un entrepôt portuaire aménagé en style rétro avec salle à manger, bar, sushi-bar (soir) et petite terrasse en plein air. C’est LE resto ultra branché des quais, en effet son co-propriétaire n’est autre que l’acteur John Malkovich. Le + : on a une vue imprenable sur le Tage à travers les baies vitrées. Compter 50€ par personne en moyenne.

14h // Le fado a récemment été inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco ! On court donc réviser ses classiques au Musée du Fado (Largo do Chafariz de Dentro, 1 – M° Santa Apolónia). Le lieu comprend une riche iconographie composée de partitions, affiches, journaux, photographies, illustrant les principaux modes de consécration et de médiatisation de la chanson urbaine lisboète. Expos permanentes et temporaires. Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Entrée : 4€. www.museudofado.pt

16h // L’heure du goûter ! On file chez Pastéis de Belém pour déguster la plus célèbre des pâtisseries portugaises : le pastel de Belém. Ces délicieuses tartelettes rondes au goût unique sont confectionnées sur place, selon une recette originale née à Lisbonne et tenue secrète depuis des décennies.

17h // On reste à Belém pour flâner au bord du Tage et plonger dans l’histoire du Portugal, ce peuple qui jadis s’est tourné vers la mer. Un jour, tandis que l’Europe se déchirait entre guerre de Cent ans et guerres de religion, les marins portugais audacieux et téméraires, partent à la découverte des Canaries, de Madère, des Açores, du fleuve Congo, du cap de Bonne-Espérance… Ils iront jusqu’à Calicut en Inde, sur le grand marché mondial du poivre, du gingembre, du girofle et de la cannelle. De cet âge d’or portugais, Lisbonne conserve aujourd’hui deux monuments emblématiques : la Tour

Le fado sacré par l’Unesco

Chanson des voyous, chant engagé, chanson du régime sous la dictature… le fado perdra-t-il un jour de son mystère ? Quoiqu’il en soit, voici venu le temps de la reconnaissance mondiale pour ce chant traditionnel, né à Lisbonne il y a près de deux siècles, et devenu depuis le symbole du peuple portugais.