La cité maya de Chichen Itzá

On en a tous entendu parler un jour. On a aussi rêvé de fouler le sol de cette cité archéologique légendaire. Evoquer le nom maya de Chichen Itzá, c’est comme ouvrir un livre (très) épais aux pages jaunies par le temps… Un livre qui raconte cette cité maya aux deux visages, vaste de 15 km2. Au nord, l’aire des fidèles du dieu Kukulcán aka le Serpent à Plumes ; au sud, celle des adorateurs du dieu de la Pluie, Chaac…

chichen-itza-temple-kukulcan_blog detours du monde

Ce matin-là, il est environ 8h30 lorsqu’on arrive sur le site de Chichen Itzá après une agréable nuit dans l’hôtel dont je vous parle en fin de billet. Il fait chaud, quelques nuages flottent au-dessus de nos têtes. Pour arriver sur le deuxième site le plus visité du Mexique, on emprunte, à pied et le cœur battant d’excitation, une piste goudronnée depuis laquelle un bel édifice circulaire mystérieux construit au centre de la cité maya se laisse entrevoir… On en parle un peu plus loin ! A peine 5 minutes après, on y est.

Une fois les guichets passés, on s’enfonce dans la jungle, direction la zone maya toltèque, à la recherche du Serpent à Plumes ! Impossible de passer à côté de la voûte maya, si caractéristique de l’architecture de cette civilisation.

chichen-itza-voute-maya_blog detours du monde

Et soudain, le voilà qui se dresse devant nous, posé sur un tapis d’herbe brûlée par le soleil. C’est l’édifice le plus spectaculaire du site : le Temple de Kukulcán, baptisé El Castillo par les Conquistadors espagnols. Une pyramide de base carrée haute de 30 mètres et surmontée par un temple symbolisant le calendrier maya. C’est donc à cet endroit même qu’on prend toute la mesure du génie de cette civilisation.

chichen-itza-temple-kukulcan-pano_blog detours du monde

L’implantation de ce temple majestueux ne doit rien au hasard. Chaque 21 mars et 23 septembre, au moment des équinoxes, l’ombre portée sur les arêtes de l’escalier à 365 marches semble dessiner un corps de serpent, ondoyant du sommet vers la base du temple, tel le Serpent à Plumes… Le Temple de Kukulcán renferme une seconde pyramide plus petite. Et dans le petit temple au sommet, il faut imaginer un trône de pierre en forme de jaguar aux yeux incrustés de jade, et un Chac-Mool, sorte de messager céleste ou de divinité, sur lequel on déposait des offrandes.

Chez les Mayas Toltèques, le dieu Kukulcán est représenté par un serpent dont le corps dressé à la verticale, relie le monde des hommes au monde des dieux. De grandes têtes de serpents ornent la plupart des monuments.

chichen-itza-yucatan-serpent_blog detours du monde

chichen-itza-yucatan-petit-temple-serpent_blog detours du monde

Autre incontournable de Chichen Itzá : le grand Jeu de balle. Pour vous la faire courte, deux équipes s’affrontent sur un terrain immense en forme de H. Le but : envoyer une lourde balle en latex pour la faire toucher le mur du terrain adverse. Un seul rebond était autorisé et si la balle passe au travers de l’anneau en pierre, alors l’équipe marque un point supplémentaire. Chez les Mayas, le jeu de pelote n’était ni plus ni moins qu’un sport rituel (et barbare ?), puisque les adversaires représentaient les forces cosmiques – par exemple le soleil contre la lune ou les dieux des Enfers contre les dieux célestes – et parce que des sacrifices humains auraient eu lieu. Beaucoup de thèses… tout ceci évoluant à mesure que les fouilles avancent.

mexique-chichen-itza_jeu-balle_blog detours du monde

Et là, un bas-relief qui figure des rangées de dizaines de crânes empalés. Pour les Toltèques, ces représentations étaient destinées à dissuader les tribus ennemies d’entrer en guerre. Sûrement très efficace…

chichen-itza-yucatan-tzompantli_blog detours du monde

L’Observatoire permettait aux Mayas d’étudier le mouvement des étoiles et également d’observer le lever de la planète Vénus, l’une des représentations du dieu Serpent à Plumes. Cette tour ronde a quatre entrées alignées sur les points cardinaux et de meurtrières à visée orientées de façon à observer les phénomènes astraux. Chez les Mayas, le cosmos représentait le champ d’action des forces sacrées et les astres, des dieux dont dépendait la vie de l’Homme.

chichen-itza-yucatan-observatoire_blog detours du monde

Pourquoi avoir bâti la cité de Chichen Itzá dans une région aride et hostile ? On est en droit de se poser la question, du moins jusqu’au moment où l’on fait face au cénote sacré, la porte vers l’inframonde. Dans le panthéon maya, peuplé de divinités sanguinaires, Kukulcán n’exigeait de ses fidèles que des sacrifices de serpents, d’oiseaux et de papillons. Pourtant, la preuve a été apportée que de nombreux sacrifices humains se sont déroulés jusqu’au 16e siècle dans ce puits naturel sacré. Brrrrr, ça fait froid dans le dos, non ? Plusieurs siècles après la chute de Chichen Itzá, en 1250, des célébrations religieuses s’y déroulent encore.

Chichen_Itza_wikimedia-commons

Dans le Yucatan maya, des « chemins blancs » délimités par des pierres empilées relient entre eux les différents édifices d’une cité, voire reliaient des cités fédérées entre elles : les sacbeob. Couverts d’une couche de stuc pour être visibles de nuit, ces chemins étaient aussi surélevés (1 m en général) pour rester praticables. Dire que j’ai marché sur les chaussées des Mayas !

chichen-itza-sacbe_blog detours du monde

Et voici l’un des nombreux gardiens du site archéologique :

chichen-itza-yucatan-iguane_blog detours du monde

Avec ses constructions basses et richement sculptées, le secteur sud ou zone maya puuc de Chichen Itzá est tout aussi intéressant. On commence par se renseigner sur Chaac, le dieu de la Pluie. Difficile de le louper avec son long nez en forme de crochet ! Sur l’édifice ci-dessous (l’Annexe du Quadrilatère des Nonnes), ce dieu est représenté par plusieurs masques à son effigie. Au-dessus de la porte, on distingue un personnage coiffé de plumes…

chichen-itza-yucatan-annexe-nonnes_blog detours du monde

chichen-itza-yucatan-annexe-nonnes-puuc_blog detours du monde

Et revoilà Chaac, sur les façades et aux angles de cette petite construction (l’Eglise). Le serpent céleste, lui, ondule au-dessus de la corniche.

chichen-itza-yucatan-la-iglesia_blog detours du monde

Bon à savoir

– La plupart des édifices étaient jadis en couleur ! Dans les boutiques de certains sites archéologiques, on peut se procurer facilement des brochures ou des cartes postales montrant les monuments habillés de leurs couleurs d’origine – des couleurs souvent vives et éclatantes.

– Visiter Chichen Itzá dès l’ouverture du site pour éviter la foule et la chaleur. Prévoir une demie journée.

– Prendre les services d’un guide est quasiment indispensable puisqu’il n’y a que très très peu de cartouches explicatifs sur le site. Compter une quarantaine d’euros pour une visite commentée de 3 heures en français.

– Attention, l’ascension des différents monuments du site est interdite.

– Pour prendre un ticket à l’entrée du site, il faut s’armer de patience. Le Yucatán est le seul État du Mexique où deux institutions sont impliquées dans la gestion des sites archéologiques : l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (INAH), chargé de l’entretien et de la conservation, et le Conseil des unités de services culturels et touristiques de l’État du Yucatán. Résultat : il faut faire la queue deux fois à l’entrée et présenter deux billets différents. Vous êtes prévenus !

Où dormir à Chichen Itzá ?

Villas Arqueologicas à 300 m seulement de l’entrée du site. En plus de son emplacement super stratégique, l’hôtel est pourvu d’un très joli patio arboré avec piscine. Les chambres sont propres, le personnel est attentif et le rapport qualité-prix excellent. Possibilité de dîner sur place.

chichen-itza-hotel-villas-arqueologicas_blog detours du monde

Les commentaires

  1. sandrinelag dit :

    Saisissant.
    Et dire que cet endroit était autrefois rempli de gens, de couleurs, d’odeurs.
    Un très bon film à voir pour se plonger dans l’ambiance des Mayas: APOCALYPTO réalisé par Mel Gibson – assez juste dans sa reconstitution historique.

  2. xtinette dit :

    On avait fait la fermeture : c’était désert aussi !

  3. lyra26 dit :

    Ouaouh ! j’aime beaucoup le gardien :). Heureusement qu’ils n’ont pas utilisé des serpents !

  4. […] au Mexique continue sur le blog ! Après les merveilleux cénotes et la grandeur de la cité de Chichen Itzá, on fait un très grand bond dans le temps pour atterrir dans une ancienne hacienda en plein cœur […]

  5. […] au Mexique continue sur le blog ! Après les merveilleux cénotes et la grandeur de la cité de Chichen Itzá, on fait un très grand bond dans le temps pour atterrir dans une ancienne hacienda en plein cœur […]

  6. C’est vraiment un très beau site !

  7. […] maya très recherchée par les pèlerins de l’époque, au point de concurrencer le site de Chichen Itzá. Dingue ça […]

  8. […] maya fortifiée est un petit site si on compare sa superficie à celle d’autres sites comme Chichen Itza ou Uxmal. Tulum, fondée vers 1200, est aussi très différent des autres sites archéologiques […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up