5 Pointz : l’ancien haut lieu du graffiti à New York

Ce temple du graffiti et du street art à New York a disparu fin 2013. Quatre ans déjà. Ce musée à ciel ouvert, 5 Pointz, je n’ai hélas pas eu le temps de le visiter en allant à New York cette année-là. Durant une vingtaine d’années, cette ancienne usine désaffectée du Queens a servi de terrain de jeu à des milliers d’artistes locaux et internationaux.

Dans les années 1970, la culture du graffiti sauvage explose dans les boroughs du Bronx, à Brooklyn et dans le Queens. Les 20 000 m2 de murs de l’ancienne usine squattée deviennent petit à petit des supports pour graffeurs grâce à l’initiative d’un plombier, las de voir l’espace public « défiguré » par les tags. Le projet a porté trois noms différents au fil des années : Graffiti Terminators, Phun Phactory, et enfin 5 Pointz au début des années 2000. C’est en 2002 que l’artiste new yorkais, Meres One, devient officiellement le « conservateur » de 5 Pointz avec le consentement du propriétaire des lieux, le promoteur immobilier Jerry Wolkoff. Les artistes invités ont ainsi pu venir graffer légalement ici jusqu’en 2010.

5 pointz new york

5 Pointz New York

5 Pointz new york

5 pointz graffiti

Jusqu’en 2013, ligne 7 du métro survole le quartier, offrant alors une vue imprenable sur l’ancienne usine enveloppée de graffitis.

 

Depuis 2014, 5 Pointz telle qu’on la connaissait jusqu’alors n’est plus. Le musée à ciel ouvert fait désormais partie de l’histoire de New York. Le propriétaire de l’usine, avec l’accord de la mairie de New York, a décidé d’y implanter des appartements de standing.  Un soir de novembre 2013, sans préavis, Wolkoff a fait recouvrir les œuvres de peinture blanche, provoquant la stupeur et l’indignation de Meres One et des artistes.

Malgré la mobilisation du grand public et des artistes pour sauver ce centre d’art et d’expositions, la démolition du temple du street art a bel et bien eu lieu. Des centaines d’œuvres ont ainsi été détruites et plusieurs dizaines d’artistes ont attaqué Wolkoff en justice pour obtenir réparation.

Si vous partez bientôt à New York, pensez à vous procurer un CityPASS pour faire des économies sur vos visites et votre shopping pendant votre séjour.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up