Izamal, ville solaire du Yucatán

Entre Mérida et Valladolid, dans l’état du Yucatán au Mexique, j’ai fait une halte dans la petite ville paisible d’Izamal. J’ai décidé de m’y arrêter car mon guide de voyage lui consacre deux pages avec une jolie photo et me présente ce village colonial comme un bijou doré, connu pour héberger un monument somptueux, le Couvent San Antonio de Padua. Comme vous allez le voir, Izamal n’a pas volé ses surnoms de « Ville Jaune » et de « Pueblo Mágico ». Il réserve d’autre surprises シ…

SONY DSC

Je suis arrivée à Izamal en début d’après-midi sans avoir déjeuné et en espérant tomber sur un petit resto typique. Avec ses ruelles pavées et ce jaune d’or partout, ce bourg pittoresque a vraiment du caractère. Avec ses murs blancs et ocre, son atmosphère paisible et ses airs de décor de cinéma, le village me séduit immédiatement. Cerise sur le gâteau, j’ai l’impression que nous sommes les deux seuls touristes (ou presque).

izamal-ville-jaune-yucatan-mexique_blog detours du monde

izamal-yucatan-street_blog detours du monde

izamal-pueblo-magico-mexico_blog detours du monde

C’est l’une des attractions majeures d’Izamal. Splendide et massif, le couvent franciscain Saint-Antoine de Padoue du 16e siècle domine le zocalo (ou place du village). Son atrium est gigantesque (le 2e du monde après celui de Saint-Pierre de Rome !) et bordé par 75 arcades ajoutées au 17e siècle tout comme les rampes et l’arc de triomphe ci-dessous. Pour l’anecdote, du temps de la civilisation précolombienne, il existait à cet endroit même une pyramide maya très recherchée par les pèlerins de l’époque, au point de concurrencer le site de Chichen Itzá. Dingue ça !

Plus tard, à l’arrivée des Conquistadors, il devint un important sanctuaire catholique. Et toujours ce jaune vif qui contraste admirablement avec le bleu du ciel…

izamal-couvent-st-antoine-padoue-mexique_blog detours du monde

izamal-couvent-statue-pape-jeanpaul-mexique_blog detours du monde

SONY DSC

Très peu ou pas de voiture à Izamal. Heureusement car, comme à Mérida, il fait très chaud. Les calèches attendent calmement le touriste pour l’emmener en balade. Un peu plus tard dans l’après-midi, le soleil déclinant donne encore plus de charme à la bourgade.

izamal-yucatan-caleches_blog detours du monde

Mon guide papier indique que la bourgade compte encore cinq pyramides maya… Je n’aurai pas le temps de toutes les voir. J’opte pour la plus imposante : Kinich Kakmó ou « perroquet de feu au visage solaire », l’un des dieux du panthéon maya. On nous indique qu’elle se trouve au N du couvent, au niveau de la calle 27, entre les calles 26 et 30. Vue de l’entrée située en contrebas, la pyramide ressemble à un énorme monticule de pierre non fouillé.

A mesure qu’on s’approche de lui, sa hauteur (35 m) et son volume –  équivalent à un pâté de maison – nous laisse bouche bée. Contrairement à de nombreux sites archéologiques au Mexique, la pyramide de Kinich Kakmó n’est pas clôturée. On a donc le droit de grimper jusqu’au sommet pour admirer le panorama sur Izamal et ses environs. La lumière du soleil couchant rend cet instant encore plus incroyable. C’est d’ailleurs l’un des meilleurs moments pour effectuer cette visite.

SONY DSC

izamal-pyramide-kinich-kak-mo-mexique_blog detours du monde

Chez les Mayas, Kinich Kakmó était représenté sous la forme d’un ara (ou guacamaya  en mexicain) car, aux yeux de cette civilisation, cette divinité descendait sur Terre sous la forme de cet oiseau très coloré. Elle était aussi perçue par les Mayas comme une manifestation du Dieu solaire appelé Kinich Ahau.

izamal-pyramide-kinich-kak-mo-yucatan_blog detours du monde

Si vous arrivez de Chichen Itzá (site souvent bondé), vous apprécierez le calme et le mystère qui règnent à Izamal.

Infos pratiques

En voiture – Depuis Mérida, prendre l’autoroute 180 vers l’Est, en direction de Cancun. Compter 1h de route environ.

Le couvent est ouvert tous les jours de 8h à 18h (entrée libre). La pyramide de Kinich Kakmó est  ouverte tous les jours de 8h à 17h (entrée libre). Pour se restaurer, je conseille le petit café familial situé sous les arcades, en face du couvent. Les petits plats et encas sont bon marché et le service impec. Pour le dessert, les glaces artisanales du vendeur ambulant posté sur le zocalo sont fabuleuses.

A Mérida, je vous conseille cet hôtel. Si vous restez quelques jours dans les environs, arrêtez-vous ici et visitez quelques cénotes pour vous rafraîchir entre deux visites .

Les commentaires

  1. Colorée comme ça, cette ville semble bien agréable !

  2. pierre dit :

    Étonnant qu’il y ait si peu de touristes ! J’aime beaucoup les murs jaunes et l’architecture des maisons. Ca donne envie d’y aller…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up