Portugal : le chant de l’Alentejo, Patrimoine immatériel de l’Humanité

Si vous avez l’habitude de me lire, vous savez combien je suis à l’affût des bonnes nouvelles, a fortiori lorsqu’il s’agit du Portugal. Alors une voilà une de plus ! Le 27 novembre, Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui se réunissait au siège de l’Unesco, à Paris, a classé un chant polyphonique traditionnel du sud du Portugal : le Cante alentejano ou chant de l’Alentejo. Fierté pour une nation et pour cette région !

Alentejo_Miguel Virkkunen Carvalho

© Miguel Virkkunen Carvalho

Connaissez-vous cette région portugaise ? L’Alentejo, c’est cette région rurale du sud du Portugal grande comme la Belgique et célèbre pour ses oliviers, ses chênes-lièges et pour Évora, ville inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Après le fado sacré en 2011 par l’Unesco, c’est au tour d’un autre chant traditionnel portugais de figurer sur la liste du Patrimoine immatériel de l’Humanité. Contrairement au fado, en l’absence d’écrit ou d’enregistrement sonore, le Cante alentejano n’est ni incarné par des artistes ni exporté à l’étranger. La reconnaissance par cette institution de ce chant choral en voie de disparition pourrait assurer sa sauvegarde et son expansion. S’il pouvait être transmis de génération en génération sans jamais disparaître, ce serait une belle victoire pour le Portugal.

Trêve de bla bla, voici donc le Cante alentejano, ce chant traditionnel qui, jadis, ne quittait pas les paysans dans leur dur labeur quotidien, en son et image :

1280px-Serpa_Bunks

Serpa, Alentejo © Bunks

Et vous, connaissiez-vous l’Alentejo avant de lire ce billet ? Si cela vous dit, je vous invite à (re)découvrir une superbe randonnée à faire sur la côte sauvage de l’Alentejo : la Rota Vicentina.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up