Bientôt un TGV pour relier les grandes villes de Californie ?

Cela fait plus de 10 ans qu’on en parle. Arnold Schwarzenegger en rêvait lorsqu’il était gouverneur de Californie… Mais c’est bien sûr : l’arrivée du TGV en Californie ! Ce projet pharaonique, dont le coût final est évalué à 65 milliards de dollars, est défendu par le gouverneur démocrate de Californie, Jerry Brown, les élus démocrates et les syndicats. Tout ça est compliqué à financer, surtout avec l’opposition républicaine, les lobbies des transports aériens et le milliardaire Warren Buffet désormais aux manettes d’un réseau de 32.000 miles de voie ferrée.

Une représentation artistique du futur TGV à Sacramento / Copyright Reuters

Une représentation artistique du futur TGV à Sacramento / Copyright Reuters

Le TGV est bel et bien devenu indispensable dans l’état de Californie, 37 millions d’habitants, une croissance rapide, et des autoroutes et aéroports saturés. Alors qu’il fait l’unanimité dans de nombreux pays du monde, le train n’étant pas un mode de transport très populaire aux Etats-Unis, le pari des démocrates n’est pas encore gagné. Pour ses défenseurs, le « bullet train » va créer des emplois et offrir une vraie alternative à la voiture et à l’avion. L’Etat de la côte ouest américaine espère que le train à grande vitesse relancera l’économie des régions sinistrées économiquement.

© www.leblogenergie.com

Le tracé de la 1ère ligne à grande vitesse des USA

Pour ses opposants, le TGV n’est qu’un gouffre financier. Le tracé prévu par la California High-Speed Rail Authority (agence en charge du TGV) devrait desservir 25 gares réparties sur un peu plus de 1200 km, de Sacramento (au Nord) à San Diego (au Sud), en passant par San Francisco et Los Angeles. Le tout en 3h35. Aujourd’hui, pour faire le trajet San Francisco-San Diego en train, il faut parfois prendre deux trains puis deux bus différents. Le tout en douze heures environ, une vraie galère…

Sous l’impulsion du président Obama réélu en novembre 2012, une politique globale de remise à niveau et d’innovations dans les transports publics est en train de voir le jour aux Etats-Unis. Mieux vaut tard que jamais. On ne peut que s’en réjouir pour les Etats-Unis.

Source : bulletins-electroniques.com

Les commentaires

  1. […] Cela fait plus de 10 ans qu'on en parle. Arnold Schwarzenegger en rêvait lorsqu'il était gouverneur de Californie… Mais c'est bien sûr : l'arrivée du TGV en Californie ! Ce projet pharaonique, do…  […]

  2. Ça serait effectivement une super bonne idée ! Mon copain est Californien mais l’un des trucs qui me bloquent par rapport à la Californie c’est l’usage extensif de la voiture, et pas extension le prix du pétrole. Le train, à condition de ne pas le rend inabordable avec des tarifs trop élevés, présente de nombreux avantages : rapidité (du trajet mais aussi d’accès (pas besoin d’arriver 2h à l’avance), convivialité et bien plus écolo que voitures et avions !

    Bref, je croise les doigts pour que les lobies du tout-voiture ferment un peu leur grande bouche pour que la Californie puisse saisir cette occasion de miser sur le train !

  3. tgv sncf dit :

    Le problème aux Etats-Unis, c’est qu’il y a un fort lobby des compagnies aériennes qui voient bien sur d’un mauvais oeil l’arrivée d’un tgv. Je crois d’ailleurs qu’il y a deux autres projets de lignes TGV aux Etats-Unis: une au Texas (Houston-Dallas) (où siègent American Airlines et Southwest, donc projet très compromis) et l’autre peut-être plus pertinent se situe de Boston à Philadelphie-Washington via New York. J’espère en tout cas que ces projets aboutiront, c’est quand même incroyable que les Etats-Unis n’aient pas encore une ligne de ce type de train!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up