48 heures chrono à Lisbonne

Selon les lecteurs des guides de voyage Lonely Planet, Lisbonne est l’une des destinations incontournables de 2012. On parie qu’il est possible de capturer le meilleur de la « ville aux sept collines » en 48h seulement ?

Jour 1

8h // Pour explorer Lisbonne de la meilleure façon qu’il soit, on prend le tram n° 28 à Campo de Ourique (départ). Et c’est parti pour 45 min de secousses ponctuées de vues époustouflantes sur la ville. L’excitation est à son comble lorsque l’engin jaune vif grimpe la colline du quartier de l’Alfama, puis qu’il pile pour laisser passer un couple d’amoureux en goguette. On adore regarder les voyageurs intrépides qui, défiant le tram en marche, s’accrochent aux portes. Une balade idéale pour photographier la Basilique da Estrela, la cathédrale (Sé), le Château de São Jorge et le quartier d’Alfama. NB : se méfier des pickpockets, des habitués du tram 28 !

10h // Le terminus du tram – Martim Moniz – nous pousse littéralement dans les bras de l’Alfama ! L’ancien quartier maure de la capitale regorge de ruelles tortueuses, de becos ou allées escarpées et de charmants belvédères du haut desquels le panorama sur Lisbonne est à chaque fois saisissant. On domine Lisbonne en se promenant le long des remparts et dans les cours bordées de pins du Château de São Jorge. Vue imprenable sur les toitures rougeoyantes de la ville et, au loin, le bleu brillant du Tage. Et pour une vue plongeante sur le centre-ville, on monte au Miradouro da Graça. Le+ : s’il fait grand beau, on prend un verre en terrasse, à l’ombre des pins…

Château de São Jorge

12h30 // Retour à la Lisbonne du XXIème siècle. On déjeune au restaurant Bica do Sapato (Avenida Infante Dom Henrique, M° Santa Apolónia). Au bord du fleuve, on goûtera ici à une très bonne cuisine portugaise et internationale. Un entrepôt portuaire aménagé en style rétro avec salle à manger, bar, sushi-bar (soir) et petite terrasse en plein air. C’est LE resto ultra branché des quais, en effet son co-propriétaire n’est autre que l’acteur John Malkovich. Le + : on a une vue imprenable sur le Tage à travers les baies vitrées. Compter 50€ par personne en moyenne.

14h // Le fado a récemment été inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco ! On court donc réviser ses classiques au Musée du Fado (Largo do Chafariz de Dentro, 1 – M° Santa Apolónia). Le lieu comprend une riche iconographie composée de partitions, affiches, journaux, photographies, illustrant les principaux modes de consécration et de médiatisation de la chanson urbaine lisboète. Expos permanentes et temporaires. Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Entrée : 4€. www.museudofado.pt

Musée du Fado

16h // L’heure du goûter ! On file chez Pastéis de Belém pour déguster la plus célèbre des pâtisseries portugaises : le pastel de Belém. Ces délicieuses tartelettes rondes au goût unique sont confectionnées sur place, selon une recette originale née à Lisbonne et tenue secrète depuis des décennies.

17h // On reste à Belém pour flâner au bord du Tage et plonger dans l’histoire du Portugal, ce peuple qui jadis s’est tourné vers la mer. Un jour, tandis que l’Europe se déchirait entre guerre de Cent ans et guerres de religion, les marins portugais audacieux et téméraires, partent à la découverte des Canaries, de Madère, des Açores, du fleuve Congo, du cap de Bonne-Espérance… Ils iront jusqu’à Calicut en Inde, sur le grand marché mondial du poivre, du gingembre, du girofle et de la cannelle. De cet âge d’or portugais, Lisbonne conserve aujourd’hui deux monuments emblématiques : la Tour de Belém  et le Monument aux Découvertes.

19h // Pour vivre sa première soirée à Lisbonne, un autre incontournable : le verre de ginginha. On goûte à cette liqueur sucrée de cerise au comptoir ou dans la rue, dans un verre à shot. Avec ou sans noyau de cerise ? L’adresse confidentielle dans le quartier de la Baixa : Ginjinha Rubi (Rua Barros Queiroz, 27).

La célèbre liqueur de cerise

21h // Un « wine bar » dans le Bairro Alto, s’il vous plaît ! Voici l’Artis, un bar à vins ambiance jazzy/chill out (Rua do Diário de Notícias, 95). Revisité il y a deux ans, Artis propose une gamme (impressionnante) de vins et autres alcools de grande qualité et 100% portugais. Qu’on se le dise, la maison table sur des produits vrais, frais et issus de petits producteurs. Pour accompagner la centaine de références proposées, Artis propose une kyrielle de tapas très terroir, comme la traditionnelle soupe (caldo verde), des fromages variés (Serra, Ilha, Niza), un chouriço de Valpaços flambé, un boudin de Seia, une saucisse artisanale… Et si l’on est plutôt dessert : riz au lait ou crème brûlée. Ouvert jusqu’à 2h (semaine) et 3h du matin (vendredi-samedi).

Dans le Bairro Alto ou sur les docks, la fête tu feras ! A Lisbonne, la vie nocturne est intense. Dans le Bairro Alto, on tentera Catacumbas si on aime le jazz, ou Frágil pour balancer au son de la house envoyée par les DJ. On peut aussi mettre le cap sur les docks, Cais do Sodré ou Santa Apolónia.

Jour 2

10h // Petit tour dans le  plus grand marché couvert de Lisbonne, le populaire et animé Marché da Ribeira (Av. 24 de Julho, M° Cais do Sodré). Pour remplir son cabas de fleurs, poissons, spécialités locales, fruits et légumes. Une halte idéale avant un pique-nique sur les bords du fleuve ou à Cascais.

11h // Retour à Belém pour découvrir un joyau plus récent : le Musée Coleção Berardo (Praça do Império). Situé dans le Centro Cultural de Belém, l’endroit abrite la collection privée d’un richissime industriel portugais, José Berardo. Au total, ce sont près de 900 œuvres d’art contemporain qui sont exposées dans la collection permanente du musée. Le fonds se compose aussi d’œuvres art déco, de céramiques portugaises, d’art africain et d’œuvres numériques. Entrée libre. www.museuberardo.pt

14h // L’heure du shopping. Dans le Bairro Alto, passage obligatoire dans l’antre de l’une des trois créatrices de mode du moment : Fátima Lopes (Rua da Atalaia, 36), Lena Aires (Rua da Atalaia, 96) et Ana Salazar.

18h // Après le Musée du Fado (Jour 1), je vous conseille vivement d’aller prendre le pouls d’une casa de fado, ces tavernes authentiques à l’intérieur desquelles, plusieurs soirs par semaine, des passionnés, anonymes pour la plupart, font vivre ce genre musical typiquement portugais. Dans le quartier de Graça (Rua da Graça, 91), je recommande la Tasca do Jaime, pour faire connaissance avec le fado vadio (amateur). Le samedi et le dimanche de 16h à 20h.

20h // Cette mise en bouche vous a plu ? Eh bien, on continue ! Pour terminer en beauté un séjour de 48h à Lisbonne, je vous propose une 2e adresse fréquentée par les locaux dans le quartier de l’Alfama visité la veille. La Mesa de Frades (Santo Estêvão, Rua dos Remédios, 139A), intimiste, ornée d’azulejos, n’est pas une casa de fado comme les autres. Elle dispose d’une acoustique impeccable. On y vient du lundi au samedi et les concerts débutent vers 22h30. Formule du soir à 35€ incluant entrées, plat, dessert et café.

Y aller

Plusieurs compagnies aériennes desservent Lisbonne depuis Paris et d’autres villes de France (Easyjet, TAP Portugal, Air Europa, Transavia ou encore Aigle Azur).

Hôtels

A tester d’urgence : les boutiquehostelsautrement dit des auberges alliant confort et design. Dans le Bairro Alto, on pourra s’arrêter à The Independente Hostel & Suites. Dans le quartier du Rossio, on posera ses valises au Living Lounge Hostel. 2 bons plans pour les petits budgets !

Souvenirs pas kitsch

Dans le quartier de Príncipe Real, une toute nouvelle boutique qui va faire parler d’elle : Lisbon Lovers (Praça do Principe Real, 28 A).

Plus d’infos pour préparer votre voyage sur www.visitlisboa.com.

Les commentaires

  1. Amadou dit :

    Merci pour ce compte rendu détaillé que je ferai mien ce week-end!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up